TEGC : génie civil et travaux d'entretien pour les ouvrages d'art et ouvrages complexes

TEGC Eiffage réalise en ce moment :

LGC Eiffage réalise en ce moment :

Reconstruction du mur d’enceinte du Château de COUCHES (71)
 

Extension de la Station d’Epuration de TORCY (71)
 

Réaménagement du site BOISSET de NUITS-SAINT-GEORGES (21)
 

Construction six locaux techniques PAI SNCF – MACON (71)
 


 

TEGC va démarrer prochainement les opérations suivantes :

  • Réparation / réaménagement du Barrage du Pont du ROI à TINTRY (71)
  • Echangeur de CORTELIN – DROUX (71) dans le cadre de la RCEA
  • Ouvrage d’Art n°10 – Déviation Sud de SENS (89)

Démolition / reconstruction du Pont de BROGNARD (25)
 


Reconstruction mur de soutènement montée de l’Observance à LYON (69)
 

Démolition / reconstruction pont de SORBIERS (42)


LGC va démarrer prochainement les opérations suivantes :

  • Passerelle RTE de VINAY (38)
TEGC certifié MASE pour 3 ans
Notre entreprise vient d’obtenir sa certification MASE (Manuel d’Amélioration Sécurité en Entreprises) pour une durée de 3 ans.

A travers cette certification, nous prouvons
notre engagement pour le respect de la santé, de la sécurité et de l’environnement.

Notre système de management sécurité s’est construit autour d’une équipe désireuse de progresser en la matière et avec pour mots d’ordre : l’appropriation et la participation de chacun.

Nous encourageons vivement nos partenaires et sous-traitants à partager nos valeurs santé-sécurité-environnement afin de créer une uniformité dans nos relations.


   
Articles de presse

La nouvelle cuverie sort de terre
 Ouvrir le PDF...


LE MONITEUR
Pose de la passerelle de franchissement de la barrière qui securisera la circulation piétonne du personnel APRR
 Ouvrir le PDF...


Le Moniteur
Poutres precontraintes sur le Canal du Centre
 Ouvrir le PDF...

Lyon Génie Civil (LGC) lance un ouvrage d'art au-dessus du canal du centre à Chalon sur Saône pour le compte du groupe Leclerc. Au côté d'AI2B, LGC a conçu un ouvrage (en cinq travées) de 49 m x 29,5 m, correspondant aux dimensions du futur restaurant qui enjambera la voie d'eau. En plus des pieux, semelles et poteaux béton, la structure de l'ouvrage se compose principalement de six poutres préfabriquées (29,5 m x 0,5 m x 2m) de 75 tonnes, précontraintes sur le site et mises en place à la mi-mars, en une journée, grâce à deux grues automotrices de 600 et 700 tonnes. La distance de 29 m entre appuis correspond à l'emprise du canal et de ses chemins de halage.
Le Journal de Saone et Loire
Pari gagne

Même s'il reste aux ouvriers de l'entreprise TEGC quelques travaux de nettoyage et de finition à réaliser dans la journée, on peut déjà affirmer que l'audacieux pari de la reconstruction du pont de Blanzy a été gagné. Après la démolition spectaculaire et parfaitement maîtrisée de l'ancien ouvrage métallique, dans la nuit de lundi à mardi, l'assemblage des éléments porteurs et du tablier central préfabriqués s'est réalisé hier dans les règles de l'art. Plus qu'une démonstration du savoir-faire des entreprises locales, une véritable prouesse technique qui permet à Blanzy de se doter enfin d'un ouvrage d'art adapté à ses besoins.
Le Journal de Saone et Loire
La demolition du pont s'est parfaitement deroulee
 Ouvrir le PDF...

Reconstruire le pont de Blanzy en 72 heures chrono: la première phase de ce pari technique plus qu'audacieux s'est parfaitement déroulée hier avec la démolition intégrale de l'ancien ouvrage qui, datant de la construction du canal du centre en 1880, commençait à souffrir sérieusement des aléas du temps.

Dès lundi soir 20 heures, les premeirs coups de pelleteuse et de brise-roche avaient été donnés par l'entreprise Pelichet de Blanzy pour détruire le revêtement de la route, les garde-corps (rembardes de sécurité) et installer une passerelle piétonne provisoire. Mais la première opération spectaculaire, que n'ont pas hésité à suivre de nombreux riverains jusque tard dans la nuit, a été lancée à 2 heures du matin avec la levée du tablier métallique (la base horizontale du pont sur laquelle repose la route), préalablement découpé en trois morceaux au chalumeau à oxygène. Dans la matinée, les ouvriers se sont ensuite attelés à la préparation de la pose des deux culées en béton armé: ces éléments pré-fabriqués, qui ont été installées en début de soirée par l'entreprise TEGC de Montchanin, permettront de soutenir verticalement le nouveau tablier, qui sera posé ce mercredi dans la matinée. Si tout se passe comme prévu, il ne restera plus qu'à consolider et sceller l'ouvrage dans l'après-midi: le pari sera alors gagné.
Le Journal du Palais de Bourgogne
TEGC multiplie les performances
 Ouvrir le PDF...

En 2005, elle avait réalisé quatre millions d'euros de chiffre d'affaires. L'année dernière, elle avait atteint 9,5 millions. En 2009, ce chiffre passera à 10 millions d'euros. Etablie à Montchanin, dans la zone Henri-Paul-Schneider, l'entreprise TEGC est en plein développement. Ayant pris la succession de Philippe Mereau, demeuré président, David Guio ne cache pas une certaine forme d'optimisme.
Quand plusieurs entreprises consultées proposent une longue fermeture et cinq mois de travaux, pour le réfection du pont sur le canal du centre à Blanzy, TEGC a séduit le Conseil général de Saône et Loire en proposant une solution qui, en 72 heures chrono, permettra de changer le pont et de rétablir la circulation. Un exemple parmi d'autres de l'adaptabilité de l'entreprise.
"Nous sommes organisés en trois pôles: génie civil industriel, ouvrages d'art et une nouvelle activité - développement, qualité et sécurité. Les donneurs d'ordre sont en effet très attachés aux questions de sécurité. Nous accentuons donc les efforts et les précautions pour le zéro accident", souligne David Guio.
Concernant le génie civil industriel, TEGC avance plusieurs références: le bâtiment des Houillères à Montceau-les-Mines, qui a été transformé, le nouvel atelier de Creusot Forges au Creusot...
"Nous avons aussi décroché le marché de restructuration du centre Leclerc de Montceau. C'est un marché de quatre millions d'euros, avec une option supplémentaire de quatre millions".

TEGC a aussi en carnet l'extension du Leclerc de Decize et un autre dossier, toujours pour Leclerc, à Chalon sur Saône. Si l'entreprise de Montchanin est fortement présente en Saône et Loire, elle vient aussi de décrocher un marché en Côte-d'Or. Et pas n'importe lequel: "Nous allons démolir et reconstruire le pont urbain Menevalle, rue Hoche, à côté de l'usine Amora. C'est un chantier de six mois pour le compte de la ville de Dijon. Il s'agira du même pont que celui de Saint-Marcel, sur la RN80".


Le Journal de Saone et Loire
Pont du Canal de Blanzy: le compte a
 Ouvrir le PDF...

C'est le lundi 2 février que sera lancé le programme de remplacement du pont du canal de Blanzy, une tâche confiée aux soins de l'entreprise TEGC de Montchanin.
Et bien évidemment, qui dit travaux dit désagréments de circulation qui, durant deux mois fonctionnera par alternat: même si le transit sera dévié de part et d'autre du chantier, il faut s'attendre à des perturbations.
Durant tout ce mois de février donc, l'entreprise procédera aux travaux préparatoires: forage de micropieux à -12,6 m pour renforcer les culées existantes, six de diamètre 200 étant réalisés de chaque côté de l'ouvrage. Dans le même temps, seront fabriqués à l'usine les futurs appuis de pont tandis qu'à Brives seront construits les éléments en béton précontraints qui vont constituer le nouveau tablier: au nombre de six, ils mesurent 11,8 m de long, 1,55 de large pour une épaisseur de 35 cm.

Circulation arrêtée et travaux de nuit

Les 4, 5 et 6 mars la circulation sera totalement interrompue, les équipes de TEGC (soit une quinzaine de personnes) se relayant jour et nuit.
Il s'agit en effet de démonter le tablier actuel et partiellement les appuis, de mettre en place les éléments du tablier, les ajuster et de poser une couche de roulement provisoire.
Avis aux riverains, il y aura forcément, de temps en temps au cours de la nuit, du bruit; à noter par ailleurs que la circulation fluviale ne sera quant à elle pas affectée.
Cette opération effectuée, interviendra la 3è phase du chantier, "la plus délicate". Il s'agit en effet de rétablir les réseaux qui vont passer soit sous les trottoirs soit dans les corniches.
Les intervenants devront travailler chacun leur tour (ce qui nécessite une coordination des travaux) pour effectuer des opérations délicates: Gaz de France doit tester les soudures et Véolia effectuer des tests bactériologiques.
Durant ces interventions et celle de TEGC, qui installera les derniers éléments du tablier, la circulation fonctionnera toujours par alternat. A la suite de quoi interviendront, la nuit, trois autres coupures de circulation: l'une totale pour la pose de l'enrobé final et deux autres (de quelques heures) pour la pose d'un joint en élastomère entre le pont et la chaussée puis pour l'essai en charge du pont.
>> voir les autres articles
Nos compétences
TEGC au travers des ses multiples compétences est le partenaire idéal pour la réalisation de vos travaux.
Multispécialistes nous pouvons intervenir sur différentes secteurs comme les Ouvrages d'art - Génie civil industriel - Bâtiments industriels - Travaux spéciaux.